Quand une grand-mère s’y met - Jesse Allen

Mon blogue

Quand une grand-mère s’y met

Quand une grand-mère s’y met - Jesse Allen

Pendant mon adolescence, mes seules vacances d’été, se passaient chez mes grands-parents. Mes parents n’avaient pas les moyens de m’offrir de partir où que ce soit, et je vous avoue qu’à cette époque, j’avais un problème d’acné, qui me poussait à me cacher dans tous les coins les plus sombres. Lorsque j’arrivais chez mes grands-parents, ma grand-mère fut sous le choc de voir mon visage tout rougis, et plein de boutons. Elle exprima comme une sorte de désarroi, en me caressant le visage. Je devais lui répéter à chaque caresse, que chacune, me faisait très mal. Elle me promettait de faire le nécessaire pour m’aider en trouvant le meilleur traitement acné qui soit. D’ordinaire, lorsque je passais mes vacances chez mes grands-parents, seul, mon grand-père cuisinait et c’était la plupart du temps, d’excellents barbecues. Cette fois-ci, ma grand-mère avait décidé de la jouer autrement. Elle se mettait à faire différentes soupes en plein été agrémentées de centaines d’herbes que je devais boire tout le long de la journée. En plus de cela, je devais prendre une multitude de tisanes le soir venu. Je n’ai jamais passé de vacances aussi maussades que cette année-là.

Cela faisait deux semaines que j’étais en vacances chez mes grands-parents et je commençais en avoir assez de la bouillie de ma grand-mère. Il était certain que depuis mon arrivée, la quantité de boutons d’acné sur mon visage avait fortement diminué. Je partais cependant au centre-ville pour me payer un bon gros casse casse-croûte bien gras, avec des frites et une bonne dose de mayonnaise. J’en prenais même deux, tellement j’en avais envie. Le ventre bien rempli, je retournais chez mes grands-parents, et m’endormais dans les alentours, pour faire une sieste bien méritée. Avec tout ce que j’avais mangé, la digestion se présentait très lente. Lorsque je rentrais avant le début de la nuit, ma grand-mère me tendit un bol de soupe. Je lui disais ne pas avoir trop faim. Je restais dans ma chambre toute la nuit, et m’endormais assez tôt. Le lendemain matin, mon visage était envahi de boutons d’acné. Quand ma grand-mère me regarda, elle n’avait pas besoin de deviner que j’avais fait quelques écarts sur le régime qu’elle m’obligeait à faire. Je terminais mes vacances à boire tous les jours toutes les soupes qu’elle me proposait sans discuter. Mes soirées tisanes sont restées ancrées dans ma mémoire. Je retournais chez mes parents avec un visage beaucoup plus frais, mais surtout, avec une idée de ma nutrition beaucoup plus juste.